Donato Carrisi – Malefico (série Sandra et Marcus 2)

51JgYOuVSuL._SX307_BO1,204,203,200_.jpg


Marcus est un pénitencier. Un prêtre capable de déceler le mal enfoui en nous. Mais il ne peut pas toujours lui faire barrage. Sandra est enquêtrice photo pour la police. Elle photographie les scènes de crime. Et ferme parfois les yeux. Face à la psychose qui s’empare de Rome, ils vont unir leurs talents pour traquer un monstre. Ses victimes : des couples. Une balle dans la nuque pour lui. Une longue séance de torture pour elle. Quel est l’être maléfique qui ne tue que des jeunes amoureux ?


Telle est Rome, pensa Marcus. Un endroit où chaque vérité révélée dévoile un secret.

Cette citation tirée de Malefico aurait été parfaite pour définir Le tribunal des âmes, premier livre de la série Sandra et Marcus, signée Donato Carrisi. Ce livre avait en effet la grande qualité d’enchaîner les révélations tout en soulevant d’autres mystères bien plus épais. Ainsi avait été bercée ma lecture entre rebondissements et cliffhanger. En ouvrant Malefico, je priais presque pour que l’auteur ait choisi la même construction, en faisant le choix de donner beaucoup de matières, peut-être trop parfois pour certains lecteurs.

Le lecteur est plongé dans la seconde enquête du pénitencier Marcus, dans laquelle une sœur a sauvagement été tuée puis découpée, au coeur du Vatican. De son corps, il reste bien chaque partie mais détachée du buste. Une mise en scène qui n’est pas sans rappeler le Torse du Belvédère.
Un an plus tard, l’enquête n’a pas avancé d’un millimètre. Les autorités et Marcus peinent à trouver le moindre indice, la moindre explication. Le sixième sens du pénitencier va alors parler. Et si ce meurtre n’était que la première pièce d’un puzzle visant à révéler une vérité pour dévoiler un secret ?
À côté de cela, un jeune couple est retrouvé mort dans sa voiture. Pour cette enquête est réquisitionnée Sandra, photographe de scènes de crime. Les destins de la policière et du pénitencier vont, à nouveau, se retrouver liés pour le plus grand plaisir du lecteur.
Bienvenu dans le monde merveilleux de Donato Carrisi et de ses intrigues à vous en faire perdre le nord. « Le diable est ici ».

Dès les premiers chapitres, je suis rassurée. Ceux qui n’auront pas aimé le rythme haletant et fourni du premier tome, ne seront pas plus séduit par cette suite, puisqu’il s’agit bien d’une suite, bien que les deux affaires puissent se lire indépendamment. Pour comprendre les personnages, leur histoire et les apprécier à leur précieuse et juste valeur, il est indispensable, à mon sens, de lire la série dans l’ordre. Le deuxième tome, faisant des clins d’œil au premier, inutile de dire que le lecteur qui ne sera pas passé par la case Le tribunal des âmes, se sentira perdu. Toujours est-il que pour les amoureux des intrigues qui prennent leur temps et à faibles rebondissements, et bien c’est raté et ce dès le début.
Je ne saurais dire si le style a été affiné ou bien la traduction améliorée, mais l’immersion dans ce roman a été encore plus prononcée qu’avec le premier. Dès les premiers mots, j’ai été transportée au coeur de Rome avec une certaine joie à l’idée de retrouver Marcus. J’adore Marcus. Il est de ces personnages emblématiques qui restent dans mon coeur une fois le livre refermé. Il m’a accompagnée nuit et jour après la lecture du premier livre, comme le souvenir d’un ami que j’aurais quitté la veille. Mes retrouvailles avec ce personnage ont été intenses et attendues. Je suis d’autant plus ravie que l’auteur m’a permise d’en apprendre beaucoup plus sur ce personnage si mystérieux et passionnant.

Que dire que je n’ai pas déjà dit sur cet auteur ? J’aime le style, le sens du suspens et du rebondissement de Carrisi. Comme pour le premier livre de la série, pas de temps mort, et jamais on ne s’ennuie. J’en viens même à regretter d’avoir autant d’a priori et de réticence à lire les auteurs édités ou de best seller. Quelque part, je pense que Carrisi pourrait même me réconcilier avec ces auteurs que je n’apprécie pas forcément. Peut-être.
L’intrigue est un sac de nœuds toujours sur fond de religion, avec un côté policier un peu plus prononcé tout de même que dans Le tribunal des âmes. Des nœuds qui se dénouent petit-à-petit et qui dévoilent l’étendu du mystère bien plus complexe qu’il n’y parait. Un régal pour les amoureux de thriller.
Une belle trame, bien amenée, parfaitement maîtrisée, et qui finit en apothéose avec le grand feu d’artifice : twist ending, dernières révélations, et coups de poing dans le ventre. Une belle réussite.

Malefico

Dans la même série :

Le tribunal des âmes
Tenebra Roma

Publicités

3 réponses sur « Donato Carrisi – Malefico (série Sandra et Marcus 2) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s