Anita Terpstra – La loi du silence

513Eu0sO-LL._SX307_BO1,204,203,200_


Alma Meester, son mari Linc et leurs enfants Iris et Sander semblent être une famille heureuse. Tout bascule lorsque Sander, âgé de onze ans, disparaît avec un petit camarade lors d’une colonie de vacances. Le corps de ce dernier est retrouvé, mais Sander, lui, semble s’être évaporé dans la nature.


 

 

 

Parler ne serait-ce que du premier chapitre de ce roman, c’est déjà dévoiler l’intrigue. Autant dire que ce thriller ne perd pas de temps pour instaurer la tension et le suspense. Dès les premiers mots, les questions dans la tête du lecteur affluent. Et bon sang que ça m’avait manqué ! Retour aux sources avec un thriller, inspiré de faits réels, signé Anita Terpstra.

Le résumé – que j’ai tronqué afin de ne pas dévoiler l’intrigue – ne m’a du tout tapé dans l’oeil. D’ailleurs, je ne saurais vraiment dire comment j’ai trouvé ce roman. Sur Amazon évidemment, mais le cheminement jusqu’à croiser La loi du silence, je ne m’en souviens pas. Concrètement, ça n’est pas le genre de livres qui m’aurait attirée d’habitude. Ce qui a fait la différence, ce sont la couverture, dans un premier temps, et le peu de commentaires ensuite. Finalement, cet achat aura été fait un peu au feeling et beaucoup au hasard.
Dès les premiers mots, ma curiosité est piquée au vif. Je me pose déjà des questions, et je m’en poserai jusqu’au dernier mot. J’ai été emportée par l’histoire et son ambiance mystérieuse dès la première page, et je dois bien avouer que cela n’était pas arrivé depuis bien trop longtemps.

Ce roman, c’est l’histoire d’une famille qui va exploser. Alma et Linc Meester ont deux enfants : Iris, l’aînée, et Sander qui va disparaître lors d’une course d’orientation. Son ami, Maarten, quand à lui, est retrouvé mort. De Sander, on ne retrouvera rien, jusqu’à ce que, six ans plus tard, il réapparaisse. Si Alma est ravie, Linc, lui, reste un peu à l’écart. Quand à Iris, elle est prise de doute. Tous n’accueillent pas le petit frère survivant avec le même enthousiasme, et rapidement on comprend pourquoi. Secrets entre amis, entre frère et soeur, secret de famille, secret tout court, dans cette famille c’est la loi du silence qui règne. Petit à petit, chaque secret est découvert, mis en lumière, et la pelote de laine se déroule.

Bon, ce thriller n’est pas le thriller de l’année, soyons honnêtes. Il a quelques maladresses de traduction – le texte est néerlandais d’origine – et certains personnages auraient mérité d’être plus approfondis, notamment les caractères et les réactions. Je pardonne volontiers à l’auteure qui a tout de même su me garder intriguée et curieuse du premier au dernier mot. Pour le coup, le suspense est bien présent, les révélations régulières – mais sans trop en dire pour maintenir le lecteur en haleine – et j’ai lu ce livre avec délectation et plaisir, tellement j’ai été prise par l’histoire. L’intrigue en elle-même n’est pas la trouvaille de l’année non plus – probablement vue et revue – néanmoins, le talent de l’auteure pour le suspense m’a complètement hypnotisée, si bien que j’ai lu ce roman d’une traite, avec ce but ultime : connaître le dénouement.
Gros coup de coeur pour le personnage de Sander, que je trouve à la fois fascinant et flippant. Il y a dans ce personnage énormément de mystère. On sait pertinemment qu’il nous cache des choses – tout comme Iris – que ça n’est pas forcément très joli, et en même temps on s’attache à lui, à sa fragilité et à son mystère. Coup de coeur également, bien que moins prononcé, pour Iris, personnage complexe que l’on a du mal à cerner, mais qui, à mesure que l’histoire défile, prend de l’importance et retient toute notre attention.
Mention spéciale pour Linc, le patriarche, qui m’a donné du fil à retordre dans ce méli-mélo de secrets. Son rôle, ce qu’il sait ou pas, son implication, tout est resté pendant une bonne partie du roman, sans réponse.
Gros bémol pour Alma qui, même si elle m’a beaucoup touchée au début, m’a très vite agacée par son côté mère battante (trop), laxiste, et par sa naïveté. On oublie assez vite qu’elle est humaine, mais en revanche, on se dit qu’en effet, elle est un personnage de roman. C’est dommage.

Concernant l’histoire en elle-même, il n’y a pas grand-chose à dire. Toute l’intrigue tourne autour du fameux jour qui a vu Sander disparaitre, et pour cause, personne ne sait ce qu’il s’est vraiment passé. Sander dévoile ce qu’il a vécu pendant six ans tout en restant évasif, il reprend ses marques une fois rentré chez lui mais reste distant, quand aux réactions des uns et des autres sur son retour, on reste perplexe. L’auteure démêle petit à petit sa pelote de laine et jusqu’au bout on imagine tous les scénarios possibles, jusqu’à ce que le dénouement survienne.
Une fin mitigée pour ma part, même si elle me surprend, je trouve qu’elle est un peu trop vite balayée. Un ou deux chapitres de plus n’auraient pas été de trop pour apporter plus de détails et de tension en fin de roman.

Sur la forme, le roman a quelques défauts. Sur le fond, l’histoire n’est pas non plus extraordinaire au point d’en resté bouche-bée. Nous ne sommes pas dans un thriller puzzle, dans lequel le lecteur est malmené ou trompé – encore que. Et pourtant… j’ai adoré ce roman ! J’ai vécu l’histoire de l’intérieur, je me suis attachée aux personnages, et j’ai lu avec impatience pour découvrir le dénouement. Pas un coup de coeur, mais ça aurait franchement pu, parce que finalement, j’ai pris énormément de plaisir à lire ce thriller.

La loi du silence

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s