Lou Vernet – La Toile aux alouettes

41PrTlUqo2L._SX308_BO1,204,203,200_


Il était une fois deux enquêteurs interlopes, une jeune fille en recherche de sens, un voisin bruyant, un gourou du web, une chef de service peau de vache, et une maman névrosée. C’est comme cela qu’elle nous la joue, Lou Vernet, avec une myriade de personnages qu’elle cisèle de sa plume efficace. Tous semblent évoluer dans des mondes parallèles jusqu’au moment où le récit bascule dans l’insondable noirceur de l’âme, entraînant le lecteur dans ses rêts. Dans La Toile aux alouettes, son premier polar, Lou Vernet manie en virtuose, l’art de la mystification. En attendant que l’Inclus et la Virgule reviennent défaire un nouvel écheveau, frissonnez avec ce premier opus, tout en ombres et lumières ! La Toile aux alouettes paraît aux Éditions Border Line. 


La Toile aux alouettes est un roman intelligent et addictif. Tout à une explication, tout est limpide, rationnel, et captivant. Ce livre n’est pas un policier comme les autres. Il laisse de côté les normes pour en faire quelque chose de totalement innovant.

Il m’aura fallu un tout petit jour pour avaler chaque page, chaque phrase et chaque mot. Le genre de faits qui pour moi est une prouesse. Il est rare qu’un roman me captive au point de ne pas prendre le temps de le savourer, de laisser traîner la lecture pour mieux m’en délecter. Peut-être ne s’agit-il que d’état d’esprit. Je soupçonne Lou Vernet de posséder un style addictif faisant de son roman un page-turner contre lequel on ne peut lutter. C’est ainsi.

Il y a beaucoup de poésie dans ce roman. Des passages profonds et plein de sens qui amènent à la réflexion, à la remise en question, à revoir ses propres opinions. Et j’adore lorsqu’un roman a ces effets là sur moi. Ils me forcent à réfléchir et me remettent souvent dans le droit chemin en apportant une nouvelle façon de penser que je n’avais pas envisagé.

La Toile aux alouettes, c’est l’histoire de Clara, jeune trentenaire introvertie, timide, qui s’est toujours laissée marcher dessus. Piétiner même. Mais ce temps est révolu et voilà ce à quoi assiste le lecteur dans la première partie du roman : la renaissance d’un être qui s’est un peu perdu sur le chemin de la vie et qui, à bout, décide à son tour de piétiner tout ce qui l’a écrasé pendant de nombreuses années. Une rédemption. Mais le personnage est bien plus complexe que cela. Bien plus fort aussi. Et c’est avec délice et admiration que l’on apprend à connaître ce personnage, à l’apprivoiser. Lou Vernet, jusqu’à la dernière page, décimera ici et là, des faits qui aident à la compréhension du renfermement de Clara. Une histoire poignante et touchante, qui renforce l’empathie. Ce personnage m’a touché, beaucoup. Il me suivra pendant longtemps.

Celui qui pousse Clara à se rebeller, à reprendre sa vie en main, c’est Domino. Un type issu du web, qui tient un blog, et qui trouve les bons mots. On a tous notre Domino. Cette personne qui par son aura puissante, nous pousse à nous surpasser, à sortir de notre coquille. Cette personne qui lit en nous comme dans un livre ouvert. Nous pousse à dévoiler nos secrets, extirper nos démons et à les dompter, au moins, vivre avec. Cette relation, c’est l’histoire d’une rencontre déterminante. Une évidence. Deux âmes tristement compatibles, et qui s’entraident mutuellement. Mais parfois, la vrai visage de ceux qui nous sont chers n’est pas toujours aussi reluisant qu’on veut bien nous le faire croire. Domino est un personnage énigmatique, pièce maîtresse de ce roman. Celui qui va tout faire basculer ; vers le meilleur, et le pire. Lui aussi a ses secrets inavoués, et il va venir éclabousser l’existence de plusieurs personnes.

Et puis il y a une autre partie de l’histoire, moins poignante, plus dans l’action, le côté policier. J’ai souvent du mal avec le policier. Plus exactement, avec les policiers eux-mêmes, des romans. Je leur trouve beaucoup trop de similitudes, pas assez d’originalité. C’est là où Bastien et Pierre tirent leur épingles du jeu, parce que Lou Vernet les a façonné à son image. Originaux, décalés, et bien loin des clichés, la complicité silencieuse entre ces deux personnages fait son petit effet. Plongés au cœur d’une enquête pas bien intéressante pour eux, exploit, pour nous lecteurs, cette enquête là retient toute notre attention. C’est une prouesse en soit. Faire passer un événement pour anodin, par les mots, aux yeux des personnages, alors que le lecteur, lui, sait pertinemment que cela va être important. Le lecteur a une longueur d’avance sur les flics, et j’adore ça. Bien sûr, Clara, notre héroïne, est mêlée à cet incident. Sans qu’on ne sache de quel côté elle se trouve. Victime ? Coupable ? En réalité, on ne sait même pas si elle est vraiment mêlée à tout ça. On suit avec la plus grande des intentions le déroulement du tapis rouge. Lou prend son temps, pose les bases pendant la première moitié du roman, pour prendre une toute autre direction. Moins douce, pour la plus grande joie de ma curiosité qui peine à patienter.

Et quand tout se regroupe, s’éclaircit et que le brouillard se dissipe, c’est une explosions de saveurs. Un grand roman au dénouement inattendu et surprenant. À ce moment j’ai la certitude de tenir quelque chose de lourd entre mes mains. Un joyau. Le rythme s’accélère, l’action est plus présente, la respiration s’emballe et le suspense est à son comble. On croit, on espère, on revient sur son jugement, on réalise, on souffle, et puis ça recommence…

Et comme une mer déchaînée qui commence à s’apaiser, le roman s’achève sur de la douceur, de la poésie, des réflexions à s’approprier, du contenu sur quoi réfléchir. La boucle est bouclée.

Lou Vernet a su poser les mots sur les choses avec tendresse, authenticité, douceur, et parfois avec noirceur. Son écriture poétique m’a embarqué dans l’histoire. Un style fluide, naturel qui fait de ce livre un page turner. C’est un grand roman dont je me suis délectée. Une grande plume, pleine de promesses pour les futurs ouvrages que je lirai de Lou. Mon intérêt pour cette auteur est à présent décupler. J’ai hâte de la retrouver.

La Toile aux alouettes.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s