Solène Bakowski – Chaînes

41pHe9zvA3LImaginez…
Vous touchez une tombe et aussitôt vous apparaît la façon dont la personne est décédée. Vous êtes soudain projeté aux côtés de ses proches éplorés, vous sentez le chagrin et la colère lorsque nuit après nuit, impuissant, vous découvrez l’histoire qui a conduit à l’inéluctable dénouement. Voilà le fardeau d’Héloïse qui voit défiler toute la vie de Pascal. Pascal, c’est l’homme ordinaire, l’homme heureux ; c’est aussi l’homme dont le quotidien se délite peu à peu, l’homme qui vacille, l’homme qui tombe. Et vous, que feriez-vous à la place d’Héloïse ? Assisteriez-vous sans rien faire à un désastre annoncé ou tenteriez-vous de changer le cours des choses ? Que feriez-vous pour éviter à un homme de sombrer ? Jusqu’où iriez-vous pour tromper le destin ?


Avez-vous déjà eu cette sensation étrange, au début d’un livre, de n’avoir jamais lu le résumé ? Vous plongez au coeur d’une histoire sans même savoir de quoi elle va parler. Non ? Et bien essayez.
Chaînes est une recommandation que j’ai acheté sans hésitation. Tellement pas, que je n’ai ni lu le résumé, ni posé aucune question. Je connaissais l’auteur de nom, évidemment, et « Chaînes » est passé quelques fois sur Facebook, sans que je n’y prête attention. Pourquoi ? Je l’ignore. Tout ce que je sais, c’est que je n’aurais peut-être pas dû l’ignorer.

Lorsque je commence Chaînes, c’est la révélation ! Les premières pages ne me disent absolument rien, et j’en viens à me demander si, par hasard, je ne me suis pas trompée de livre. Mais quelle claque les amis ! J’adhère au style très rapidement. C’est vrai que c’est le cas avec tous les livres que je chronique – je ne suis pas là pour massacrer les auteurs, je le rappelle. Le style de l’auteur est le critère essentiel pour séduire la lectrice que je suis. L’histoire aura beau être belle, si le style ne me convient pas, je risque au mieux de m’ennuyer, au pire de fermer le livre. L’inverse n’est pas forcément vrai. Une histoire qui ne me séduit pas aura sa chance si le style me convient. Mais revenons à notre Solène.

Le style me séduit dès la première page. Grâce à une écriture musicale. Je sens les intentions de l’auteur, le ton employé me parvient aux oreilles, et je lis en chantant avec les bonnes intonations, le rythme, et une rapidité effrayante. À peine ai-je l’impression d’avoir commencé ce roman, que j’atteins la moitié du livre sans m’en rendre compte. Les blocs de texte – que je chéris tant – m’embarquent dans une histoire singulière. Le dosage des dialogues est parfait pour moi, qui n’aime pas spécialement les dialogues. Sur la forme c’est un gros coup de coeur.

Mais ça parle de quoi Chaînes ? Ce roman c’est l’histoire d’une jeune femme – on ne sait pas trop qui – qui voue un culte aux cimetières – on ne sait pas trop pourquoi. Vous aussi cela vous intrigue n’est-ce-pas ? Un jour, alors qu’elle effectue sa ronde dans le cimetière en face de chez elle, notre héroïne rencontre une vieille dame qui semble lui faire quelques révélations sur un pouvoir surnaturel. En effet, et elle va vite se rendre compte de la véracité des propos, Héloise (l’héroïne) a le pouvoir de revivre les derniers instants de personnes décédées au contact de leur tombe. Mais pas que. En touchant la tombe d’un certain Pascal, c’est toute sa vie – à lui – qu’elle voit défiler, sans la possibilité de choisir quand s’arrêter. Pire, dormir et rêver de cette vie qui appartient à un autre, devient une nécessité, une obsession.

Bon, j’ai eu le coup de coeur, vraiment. Mais un petit quelque chose m’a dérangé. J’aime beaucoup ces chapitres par intermittence qui, tantôt ont Héloïse comme héroïne, tantôt raconte la vie de Pascal. Ce qui m’a dérangé, c’est la répétition des fins de chapitres qui concernent Héloïse. Souvent ils finissent par « je vais me coucher et je rêve » – pour résumé. Bien sûr que cela doit être amené pour le chapitre suivant, mais quelques fois, en voyant du coin de l’oeil que le chapitre s’achevait à la page suivante, j’ai anticipé les derniers mots. Voilà, c’est bien le seul petit détail qui m’a dérangé puisque tout le reste n’est que délice.

Les chapitres sont courts, et finalement c’est assez plaisant. Nous n’avons pas le temps de perdre le fil conducteur des deux histoires qui s’entremêlent – Héloïse d’un bord, Pascal de l’autre, sans compter que d’autres personnages viennent s’agglutiner à l’histoire. Et c’est très judicieux d’avoir fait cette construction, parce qu’il y a beaucoup de personnages et qu’il serait très facile, pour une lectrice comme moi, de s’emmêler les pinceaux. Ce n’est pas le cas.

L’ambiance relativement glauque de l’histoire laisse très peu de place à l’espoir, l’optimisme, et la gaieté. J’adore ça. En effet, on connaît assez rapidement la façon dont l’histoire va se terminer pour Pascal, et j’entends là la fin de sa vie, et non la fin du roman. On sait que la fin sera tragique – c’est le principe du livre. Par conséquent, on lit et découvre la vie de cet homme avec un goût amer dans la bouche, beaucoup de compassion, et surtout, avec un gros pincement au coeur. La fin est inévitable et ce fait donne une tout autre dimension à la lecture.

Il n’empêche que même en sachant que la mort rôde dans les parages, l’auteure nous donne du baume au coeur à travers une belle histoire d’amour qui donnerait envie de tomber amoureux(se) tous les jours, et de revivre les premiers instants si uniques et agréables que l’on a vécu avec notre moitié. Ce mélange de noirceur d’un bord, et de douceur de l’autre, donne aux lecteurs une palette d’émotions délicieuse.

Si à première vue le résumé vous paraît simpliste, ne vous fiez pas à son apparence. Ce livre est un nid à rebondissements, révélations, et suspense, ponctué de moment poignants, et délicieux. Ce roman est une pépite. Une belle découverte pour moi.

Chaînes

Publicités

Une réflexion sur “Solène Bakowski – Chaînes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s