Odehia Nadaco – Knysna

51x1WpJw6GL


Connaissez-vous cette impression du nœud coulant ?
Celle où vous êtes tellement près du cercle de corde devant vous que vous ne le voyez plus.
Ce moment où vous regardez au travers et sentez que si vous approchez plus, à peine plus….
Peut-être même l’avez-vous déjà autour du cou ?

Michael Stark et Hilton HdB sont liés par un pacte d’amitié.
Quand un drame survient qui remet tout en question.
Comment comprendre ce qui s’est passé ?
Comment protéger l’autre de sa propre incapacité à accepter ?
La relation complexe entre Hilton et Knysna viendra rapidement troubler la recherche d’une réponse,
ramenant de vieux démons et mettant en péril un équilibre difficilement construit.


Knysna. Un joli pavé comme je les aime. Un résumé qui m’intrigue. Un nom d’auteure original. Une couverture énigmatique. Un livre conseillé. Des avis plus que positifs et des retours de lecture qui me donnent franchement envie de découvrir ce roman noir. Je me dis qu’à priori, ce livre devrait m’occuper pour un certain temps ; 414 pages, et 11 jours à combler avant ma prochaine vague d’achats. Une aubaine. Alors, qu’en est-il ?

Un petit mot au sujet de l’auteure, que je viens de découvrir avec ce roman. Je ne connais pas Odehia personnellement, mais j’ai eu un aperçu sur Facebook. Cette auteure dégage une aura apaisante, qui parfois nous fait rire – parce qu’elle a beaucoup d’humour et de répartie – et parfois qui nous attendrie. Elle est une de ces auteurs que j’aimerais affectueusement serrer dans mes bras pour la remercier d’écrire, la remercier d’exister, et la remercier de m’avoir fait vivre une histoire extraordinaire.

Avec Knysna, je ne savais pas du tout vers quoi j’allais. Alors je me suis laissée bercer. J’ai lu sans rien attendre, et j’ai tout reçu. Le résumé ne dit pas grand chose sur l’histoire en fin de compte, et c’est tant mieux.

Je découvre donc mes nouveaux amis ; Hilton, personnage emblématique qui va me suivre pendant très longtemps, Michael son fidèle meilleur ami, et Knysna, sa … Copine ? Amie ? Lui-même ne sait pas trop.

L’histoire débute dans un bar en compagnie de Michael, Nat sa fille, et Hilton. Quand soudain … Bon déjà il y a du remue-ménage. « Pas la petite fille merde ! ». À partir de là, on suit le quotidien de Hilton et celui de Michael, dont l’unique but est de trouver le coupable. L’histoire aurait pu être sympa, mais elle est géniale ! Alors pourquoi donc ? Et bien parce que ce n’est pas tout ! L’histoire est beaucoup plus complexe que ça, et Odehia nous offre « une histoire dans l’histoire ». C’est un risque à prendre, il faut avoir le talent pour ça, pour ne pas perdre son lecteur, pour ne pas délaisser le fil conducteur, et surtout, pour ne pas s’emmêler les pinceaux. Et bien l’auteure a réussi !

Ma lecture a été ponctuée de plaisir intense et de suspense démoniaque. Le style de l’auteure est un délice. La lecture est très fluide, et à chaque page terminée, on en redemande encore. Parce qu’on veut connaître le fin mot de l’histoire, mais aussi parce que je ne me lasse pas de lire Odehia. Le vocabulaire est original sans être complexe. Facile mais pas trop. Les phrases sont bien construites, fluides et légères. Les descriptions loin d’être lourdes. Bref, j’adhère au style.

L’histoire, quant à elle, est un mélange habile de genres, mais loin d’être fourre-tout. Parce que l’histoire est maîtrisée sur le bout des doigts et que l’auteure sait exactement vers quoi elle nous emmène. On parle de famille, de relations humaines, d’amitié, d’amour, de sexe, de bien-être, de douleur, de souffrance …  joie, peine, mort, deuil. Et ça ne s’arrête jamais ! Le lecteur, à l’image des personnages, n’a aucune seconde de répit. Les émotions sont fortes, et tellement bien maîtrisées, que je n’ai pu retenir ni mes sourires, ni mes larmes. J’ai pleuré. Bien sûr parce que l’histoire est magnifiquement noire, parce que la fin est poignante et qu’elle me crève le cœur, mais aussi parce que j’ai été éblouie de bonheur en lisant Odehia. Son style, sa sensibilité, sa douleur peut-être aussi, ont touché la lectrice que je suis. Oui, au point de me faire pleurer. Pleurer de lire un livre parfait, une écriture sans fausse note, des émotions plus que justes, et un talent indéniable. Je ne m’en remet pas.

Mais comment parlé de Knysna, sans parler du personnage qui m’a séduite : Hilton. Ce que j’ai apprécié avec ce personnage, c’est la justesse, la passion, et l’intensité avec lesquelles, il a été crée.

Parfois, lorsqu’on lit un roman, on oublie que les personnages ne sont pas des personnes. On referme le livre en gardant en soi le souvenir, la douleur, la personnalité de cet individu qui nous a accompagné, le temps d’un roman. On aurait presque envie d’attraper son téléphone pour prendre des nouvelles de ce personnage. Il faut du temps pour se l’enlever de la tête et de l’esprit. Cet ami avec qui nous avons tisser des liens, n’existe pas et pourtant c’est tout comme.

C’est ce qu’il s’est passé avec Hilton. Ce personnage sombre, qui respire et sent la douleur, s’est emparé de mon « moi » le temps d’un roman. Le retour à la réalité a été éprouvant, parce que j’ai souffert avec lui. Je comprends ces névroses, autant qu’il comprend les miennes. Hilton s’est crée une bulle hermétique qui fait que personne – ou peu – n’entre dans son monde. Sa souffrance, ses problèmes sociaux et psychologiques, ses questions existentielles, son aversion pour la psychiatrie, ce sentiment de persécution, cette solitude, je ne la comprend que trop bien. Pas forcément par vécu, mais parce que l’auteure emploie les mots justes, les bons sentiments et les parfaites réactions. Hilton est un personnage plus vrai que nature. Mon cœur se serre à chaque détails révélés de sa personnalité, et à la vraie raison de son détachement. Alors je me suis attachée à lui, beaucoup. La fin du livre m’a fusillée parce que je ne m’y attendais pas du tout, et parce que, justement, je considérais Hilton comme un ami. Il va me falloir un peu de temps pour le laisser partir.

Un petit mot aussi sur Michael, si différent de Hilton et qui pourtant porte une amitié fidèle, sincère, et dévouée à son ami si mystérieux. Knysna, personnage très absent mais qui pourtant semble indispensable. Elle plane au dessus de l’histoire du début à la fin. Avec elle, on ne sait pas à quoi s’attendre et son histoire est aussi passionnante que le reste.

L’intrigue en elle-même est captivante. Intrigante. Débordante de créativité. Il y a de tout ; de l’amitié, de l’amour, un peu de famille, beaucoup de suspense, une enquête, de la noirceur, de l’humour, de la mort… Des moments de grâces, de fougue, et souvent, du texte qui vous hérisse les poils. Il y a aussi l’âme de l’auteure, c’est indéniable. Tant sur les émotions que sur le style, il y a la patte Odehia. Le style est plus qu’agréable, rendant le tout si fluide que l’on tourne les pages sans s’en rendre compte. J’avais 11 jours pour le lire, deux séances m’auront suffit.

N’attendez plus, entrez dans le monde merveilleux d’Odehia Nadaco.

Knysna sur Amazon

Publicités

2 commentaires sur « Odehia Nadaco – Knysna »

    1. Merci ! Je dois avouer que j’ai écris cette chronique rapidement, et sous l’effet d’une euphorie assez déstabilisante ^^ Je l’ai écrite, effacée, réécrite, pour finalement me dire qu’elle ne serait jamais à la hauteur de ce que j’ai ressentis. Alors je l’ai publiée telle quelle en espérant qu’il y ai assez de mes tripes à l’intérieur pour que certains soient convaincus de tenter l’aventure 😉 Elle est aussi un cri à Odehia, un gros merci, parce que finalement, tout ça, c’est grâce à elle. Je ne me remets toujours pas de ma lecture … je pourrais en parler pendant des heures. Alors, je vais simplement te remercier à nouveau … de m’avoir lue et d’avoir laissé ta trace comme certains livres le font également.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s